Presse

Rappel symbolique

La première expérience après guerre commença en Berry de 1956 à 1958 plus précisément à Lignières

le-grand-hier-rappel-symbolique

Berry Républicain du mardi 8 mars 2011

berry-republicain-du-mardi-8-mars-2011Berry Républicain du 11 novembre 2015

Le Berry Républicain

Le Berry Républicain

Le Berry Républicain

Le Berry Républicain

 

L’ECHO du BERRY du 28 janvier au 3 février 2016

article-mlcc-berry-sur-lecho-du-berry

Le Petit Berrichon 3 mai 2016

mlccb-pentecote-petit-berrichon-a-la-une mlccb-pentecote-le-petit-berrichon-page-4Le Berry Républicain 12 mai 2016

berry-du-12-mai-2016

 

Le Berry Républicain 16 mai 2016

berry-republicain-du-16-mai-2016-articleL’Echo du Berry du 26 mai 2016

lecho-du-berry-du-26-mai-au-1-juin-2016

La Bouinotte  Automne 2016 –  n°137

la-bouinotte-automne-2016-n137pages-38-a-43-1 la-bouinotte-automne-2016-n137pages-38-a-43-2 la-bouinotte-automne-2016-n137pages-38-a-43-3La Nouvelle République du 14 décembre 2016

La lignière favorise les circuits courts

14/12/2016 05:38

La lignière est actuellement disponible dans trois comptoirs de change.

La monnaie locale complémentaire citoyenne du Berry prend ses marques dans le département à travers une campagne d’adhésions.

Une première expérience, réalisée de 1956 à 1958 à Lignières (Cher), avait donné le ton. Sa brièveté n’avait pas effacé l’idée de mettre en place durablement une monnaie locale complémentaire citoyenne dans le Berry. Le projet est ressorti des cartons début 2015, et la lignière a été adoubée au mois de mai dans le Cher, avec l’objectif de créer un réseau associatif d’utilisateurs et de prestataires dans les deux départements concernés.

Après plusieurs réunions d’information, le lancement officiel de l’opération dans l’Indre a eu lieu jeudi dans l’un des trois comptoirs de change déjà en place, le bar restaurant d’Argenton-sur-Creuse, Le Dit Vin Café.

«  Retrouver une éthique et un lien social  »

A cette occasion, Dominique Fleurat, Jean Delavergne, et Claude Garrier, membres du collège d’administration, ont rappelé les tenants et les aboutissants d’une démarche « permettant aux citoyens de retrouver une éthique et un lien social par l’outil d’une économie réelle et non spéculative, favorisant les circuits courts, les producteurs locaux et les services ».
Dans l’Indre, dix-sept prestataires acceptent déjà la lignière. Parmi eux, Maurice Garnier, restaurateur à Argenton-sur-Creuse, qui explique son choix : « Cette monnaie est un symbole. Les gens ont peur du gigantisme et grâce à elle, ils peuvent reconquérir une souveraineté ».
Hans Bouillot, propriétaire du Dit Vin Café, glorifie pour sa part « une démarche positive, intéressante et tout à fait cohérente par rapport à l’environnement économique actuel. Elle correspond à un souhait de consommer local et mieux. Il faut maintenant espérer qu’un maximum de personnes adhèrent à ces volontés individuelles ».
Jean Delavergne place beaucoup d’espoir dans un projet « qui aidera à construire un nouveau mode de société à travers des réflexions et des actions menées dans le réseau. Le film Demain a contribué à faire connaître la monnaie et les valeurs qu’elle porte en remettant l’humain au centre de l’économie ». Un message que l’association s’emploie maintenant à colporter dans l’Indre.

Jean-Michel Bonnin

Publicités